MONTA TANTO





Le corps, le notre, celui que l'on fuit constamment, fossilisé depuis plus de 40000 ans.

La distance entre l'endroit où on habite et l'endroit où se décide notre vie, l'histoire. L'hybris, la vitesse,
la multiplication....

Les conquérants n'ont pas le temps, ils vont vite. Face au noeud gordien, l'impatience
guerrière d'Alexandre.
Vitesse, vitesse ! D'un coup d'épée le problème est résolu, nié. Couper les noeuds, feux pour les forêts,
balles pour les hommes...

La plupart des versions du même mythe font de Gordias, père de Midas, le fondateur du royaume de Phrygie. La légende raconte qu'un oracle avait annoncé aux Phrygiens, lassés par des luttes intestines et l'absence de pouvoir royal, qu'un souverain se présenterait à eux sur un char tiré par des boeufs.
C'est ainsi que Gordias se présenta à leurs yeux.
Devenu roi, Gordias fonda en remerciement, la ville de Gordion et consacra son char à Zeus. Autour de son timon, il fit un noeud si inextricable, si complexe, le Noeud gordien, qu'on prédit l'empire souverain de l'Univers, à celui qui un jour, pourrait le défaire.
Des siècles après, les prêtres de la cité le présente à Alexandre le Grand lui racontant la légende selon laquelle celui qui dénouerait le noeud serait maître de l'Asie. Le défi est à sa hauteur: personne n'y est jamais parvenu. D'un geste ample, Alexandre tranche les cordes d'un coup d'épée.
Peu importe la façon dont il est dénoué  (=tanto monta atar como desatar) s'exclame-t-il d'un ton prophétique. Déconcertés, les prêtres reconnaissent en Alexandre le futur maître de l'Asie.Le Noeud gordien est une expression encore utilisée pour évoquer un problème de résolution difficile.

Le noeud représente l'intelligence manuelle: l'attention, la patience, la méticulosité, le raffinement. Le noeud noue les mains au monde, les yeux à la terre, le corps aux autres corps. Il rappelle la complexité, le travail, la lenteur, la minutie, la patience, l'élaboration, la main (du pécheur, de l'artisan). Sans noeuds il est difficile de concevoir la couture, le tissage. Avec des noeuds on faisait la comptabilité, avec des noeuds se reproduisait la structure du monde, avec eux on se souvenait des choses, des événements, on a créé des langages: les mathématiques, l'astronomie.

El tajo (=l'entaille), au contraire, c'est la vitesse, l'accélération, la colonisation, la fuite accélérée du corps, l'homme prédateur, l'impérialisme, l'Hybris. Couper c'est nier.

MONTA TANTO parle de cette fuite, la fuite du corps depuis que l'homme est homme, depuis qu'on refuse notre coté animal et qu'on nomme le reste des êtres en les classifiant. MONTA TANTO est l'histoire du temps kidnappé bien loin de nous même, de la vitesse de gadgets, de l'ouragan virtuel d'une société qui nous invite constamment à nous échapper de notre chair. MONTA TANTO est aussi l'histoire des conquêtes, de la destruction des civilisations ancestrales. C'est l'histoire du hybris, d'Icare qui choisit la vitesse et qui tombe avec ses ailes en cire. MONTA TANTO, la dernière partie de la devise Alexandrine adoptée par Fernando le roi catholique, «fondateur des empires », est SURTOUT une élégie au monde sauvage.

MONTA TANTO est inspiré du roman-essai du génial Santiago Alba Rico "Ser ( o no ser ) un cuerpo".

MONTA TANTO est la première pièce d'une série d'expériences spatiales où corps, installation et son
interagissent sur un site spécifique avec une thématique précise.

Ce projet inclus danse butō, installation lumière et sculpture sonore.




MONTA TANTO es la primera de una serie de experiencias espaciales donde cuerpo- instalación-sonido interactúan en una obra site-specific.

Una performance sobre la decadencia de todo un sistema, sobre el lema tan personal de "tanto monta" que hace directa alusión al nudo gordiano representado en el escudo de los RRCC: «tanto monta cortar como desatar». Principio ideológico que sostiene la construcción de imperios, toda una estructura de poder que implica una renuncia ética, humana. Ante la expansión y la decadencia se presenta el dilema de anudar primero y cortar después. Atadura y tajos como metodología de conocimiento, de compresión de la vida y de construcción de sociedades.

Este proyecto incorpora instalación, danza butoh y escultura sonora.


26 JANVIER 2019. Première à la Fonderie Kugler 


MARS 2019. LA CIE DE TA SOEUR EN RÉSIDENCE À LA RELIURE- GENEVE


1 MAI 2019. DAF festival. Geneve.


24 ET 25 MAI. FESTIVAL DE THÉÂTRE ET ARTS DE LA RUE (TAC). VALLADOLID, ESPAGNE.